La clown poupette

Lorsque j’étais enfant, je jouais souvent des spectacles dans mon jardin. Je transformais ma balançoire avec des draps. A cette époque, mon rêve était de devenir comédienne.

En 1996, en art thérapie j’ai abordé le sujet du clown. Ca m’avait énormément marqué. C’est de là que m’est venue l’envie de refaire d’autres stages dans le clown de théâtre et des scènes.

J’ai aussi participé à un second stage s’intitulant « la naissance du clown ». Lors de ce stage, chaque participant accouche de son clown et est en contact avec toutes ses facettes. Ceci est toute une préparation physique et psychologique où lors d’un moment, la voix du clown et son altitude ressortaient. Quand on utilise ce repère vocal pour faire le clown il y a tout un imaginaire qui se met en route. C’est un personnage qui représente la joie, la tristesse et toutes les émotions vues à la loupe.

Mon rêve de comédienne devenu réalité

C’est ainsi qu’en 2002, j’ai voulu réaliser mon rêve d’enfant : devenir comédienne. La clown poupette est alors née accidentellement suite à un trait de crayon au niveau des sourcils. C’est à partir de ce trait que je me suis demandée pourquoi ne pas créer un maquillage entier !

J’aime tellement l’étape du maquillage pour moi c’est un moment de détente, de relaxation, de centrage et d’apaisement. J’apprécie quand toutes les couleurs sont sélectionnées en fonction du costume. Observer comment le maquillage s’applique sur mon visage et le fameux nez rouge que je considère comme moment juratoire.

Un clown fantaisiste 

Le principe de mon clown est qu’on ne voit pas les cheveux, ceci est important pour moi car il n’est ni masculin ni féminin et il représente l’enfant intérieur caché en moi. L’objectif de mon clown fantaisiste et humoristique est d’agrandir les choses qui se passent autour de lui, les émotions qu’il a intérieurement et de se moquer un peu de l’inattendu ou du hasard de la rencontre. Certains enfants ont peur des clowns donc je tente toujours d’apprivoiser mon public.

Ce que j’aime dans mon personnage du clown est la beauté de voir et de sentir les enfants qui chantent avec moi, la communion avec le public, entendre résonner mes propres textes à travers les enfants.

J’affectionne particulièrement mes visites en maison de repos lorsque je m’assois à côté de personnes âgées qui sont déconnectées de la réalité. A un moment dans la relation, la personne s’ouvre et revient en contact visuel. Il y a un jeu de miroir qui se crée et je trouve cela magique !

%d blogueurs aiment cette page :